ZAC Pajol : la dernière « ligne droite » de la concertation ?

Parallèlement à l’exposition publique se déroulant au marché de l’olive en juin/juillet 2003, la dernière réunion de concertation sur le devenir de la ZAC Pajol a eu lieu le 2 juillet (les deux premières ayant eu lieu les 13 mars et 12 décembre 2002 – voir "La CEPA : un exemple de concertation réussie").

La réduction de moitié de l’IUT modifie les hypothèses d'aménagement

Cet été, trois hypothèses de réaménagement - A, B et C - ont été présentées au public au marché.
L’hypothèse A conserve 11 des 18 travées, alors que les deux hypothèses B et C n'en conservent que 9. L'hypothèse C permute le gymnase et l’immeuble de bureaux, ce dernier se situant dans les autres cas à l’angle des rues Riquet et Pajol.
Les trois hypothèses font apparaître un forum paysager le long des voies, couvert mais ouvert sur l’extérieur et un IUT occupe alors les bâtiments des Messageries à l'angle des rues Pajol et du Département. Cependant, l’Etat n’a pas alors confirmé formellement son accord.

En septembre, après l'exploitation par la municipalité du cahier de l'exposition publique, l'hypothèse B sera privilégiée par la Ville pour la suite de la concertation. Parallèlement, l'Etat ayant confirmé son accord pour un IUT réduit de moitié, la Ville a décidé d'affecter l'autre moitié (sur la rue Pajol) à la création d'un collège - justifiant par ce choix l'implantation d'un gymnase au sud du site, et donc celle d'un immeuble d'activités-bureaux au nord à l'angle Riquet-Pajol.

Un immeuble de bureaux, à l’angle des rues Riquet et Pajol

Lors du Conseil de quartier du 25 novembre réunissant les deux Conseils Chapelle Nord et Sud, cet immeuble de bureaux soulève à nouveau un tollé général, l’immeuble obstruant la perspective sur la Halle et réduisant d’autant la surface en espaces verts qui font cruellement défaut sur le quartier.
D'autres associations en revanche, expriment leur accord pour l'implantation d'activités de bureaux sur le site, qui participeraient à la dynamisation du quartier.

CACTUS rappelle que les trois hypothèses présentées devaient prendre en compte une surface minimale d'activités-bureaux d'environ 9.000m2, surface trop importante donc pour être intégrée dans la grande halle.

Pour ce qui concerne le gymnase, CACTUS soutient que son implantation au nord permettrait, compte tenu des dénivelés existants, de ne pas obstruer la perspective à l'angle Riquet-Pajol. D'autant que la localisation d'un gymnase pour le quartier n'est pas justifiée à proximité immédiate du collège.

En outre, pourquoi chercher à "tout caser" sur le site Pajol alors que d'autres localisations d'un gymnase sont possibles dans le quartier - notamment sur le terrain de l'école "provisoire" Torcy-Marc Seguin comme nous l'avions proposé depuis longtemps?

Quant au collège, dont ne nions pas la nécessité, il a été imposé sur Pajol sans aucune concertation par la Ville, celle-ci ayant saisi l'occasion du désengagement de l'Etat sur l'IUT.
Pourquoi écarter par ce choix la possibilité d'affecter cette partie des Messageries - tout autant favorisée d'un point de vue commercial, à l'angle et donnant sur une place - aux surfaces d'activités-bureaux prévues sur le site?
Cette solution permettrait alors d'alléger le coût financier de la ZAC pour la Ville et de préserver sur le site Pajol des espaces libres à affecter ultérieurement dans la logique d'un "développement durable".

Un forum paysager le long des voies ferrées

L'autre élément contesté au Conseil de quartier du 25 novembre est le forum paysager, dont il n'est pas facile de se faire une représentation claire.

Outre les partisans, par principe, d'un jardin d'un hectare d'un seul tenant, des voix se sont élevées contre un forum situé à la fois le long des voies ferrées et en contrebas de la rue Pajol et, de surcroît, ouvert aux quatre vents…

Tout ce que l'on peut dire à l'heure actuelle, c'est que la Direction des Parcs et Jardins de la Ville a été missionnée pour en étudier l'aménagement et que le principe d'aménager en espace vert la grande nef - "la cathédrale" - de Pajol nous semble plutôt positif.

Suite à ce conseil de quartier, la CEPA et d'autres représentants d’associations et d’habitants du quartier sont invités à une nouvelle réunion à la SEMAEST (Société d’Economie Mixte d’Aménagement du Nord-Est Parisien, à qui le projet a été confié par la Ville en octobre 2002) pour le 15 décembre afin de revoir ces points.
Tout en réaffirmant son choix pour l’hypothèse C et sa volonté de réduire les surfaces attribuées à l’immeuble de bureaux-activités, la CEPA y présente alors des études alternatives aux trois hypothèses, en précisant par ailleurs qu'elles ne seraient viables qu'à la condition de réduire substantiellement ces surfaces.
Une réduction à 5 ou 6000m2 a été finalement acceptée par la Ville quelques jours plus tard lors du compte rendu de mandat du Maire de Paris, l’immeuble étant cependant maintenu à l'angle Riquet-Pajol.

La concertation, phase 2

La première phase de la concertation sur le site Pajol s'achève maintenant. Une programmation sera validée dans les semaines qui viennent par un vote du Conseil de Paris pour être ensuite soumise à enquête publique au printemps.

Ce n'est donc pas la fin de la concertation et chacun pourra encore et chacun pourra encore s'exprimer et peser sur les orientations données. Notamment, il reste à définir les articulations et les modes de fonctionnement et de gestion des équipements retenus : gestion et programmation des espaces culturels (salle de spectacles, parcours d'exposition…), animation du forum paysager, gestion des espaces associatifs…

Les réponses à ces questions seront à élaborer dans les mois qui viennent et CACTUS, comme toutes les associations investies dans ce projet, compte bien continuer à s'exprimer sur le sujet.

VOS CONTRIBUTIONS - RETOUR ACTUALITES

Pour plus d’informations :

Le plan de l’hypothèse A (ces fichiers sont temporairement indisponibles)
Le plan de l’hypothèse B
Le plan de l’hypothèse C

Et avant...

"La CEPA : un exemple de concertation réussie"